Vidéo Appart Dubai
   
  Exposition à la Galerie Hagalleria
   
  Vernissage à la Péniche Cinéma

 

Bienvenue à Vidéo-Appart 2010

Introduction

( Marc Lenot, auteur du blog Lunettes Rouges )

Le bonheur de l’hôte, c’est aussi le choix des vidéos à montrer chez moi - émettre des préférences, en débattre, trouver des convergences possibles, arriver à une certaine cohérence - et puis le contact avec l’artiste, inconnu qu’on découvre alors ou souvenir d’une rencontre passée qu’on peut maintenant approfondir à loisir

Mais, au-delà de ce plaisir individuel, hospitalier, réceptif, la participation à Vidéo’appart est aussi une insertion dans un réseau, dans un flux. Non content d’accueillir chez moi, je vais aussi aller chez les autres, flâner dans la ville, dans d’autres quartiers, découvrir d’autres hôtes, d’autres vidéos, d’autres artistes, être reçu à mon tour, curieux, honoré et reconnaissant. Et ce déplacement dans la ville sera aussi un déplacement de regard, un changement de point de vue, une nouvelle perspective. Tenterais-je (comme on le fera sans doute chez moi) de cerner les goûts, voire la personnalité, de mon hôtesse à partir des vidéos qu’elle aura choisi de montrer, mais aussi de l’endroit où elle les montrera, de la manière dont elles seront enchâssées dans son décor quotidien, ses livres, ses tableaux, ses meubles ?

Moi qui, d’emblée, chez un inconnu, regarde d’abord les livres de sa bibliothèque et me forge ainsi une première impression, je vais, ces soirs-là, m’imprégner d’images et non de textes, me plonger dans ses choix ponctuels de vidéos d’un soir et non dans la sédimentation des lectures de toute sa vie. Cette connaissance d’autrui sera peut-être plus directe, plus fulgurante sans doute, plus déterminée aussi.

Et ces regards nouveaux constitueront aussi des passerelles, des ouvertures vers d’autres mondes, d’autres cultures, d’autres visions. Non content de Paris, Vidéo’appart nous transporte aussi à Dubaï cette année : que savons-nous de cette ville, à part quelques images excessives ou simplistes, glanées dans les journaux ou lors d’un bref passage ? Comment aller plus loin que les stéréotypes, que les impressions fugaces, sinon par ce lien ténu, superficiel, incident, rhizomique qu’est l’apparentement des vidéos entre ces deux villes, la fenêtre ainsi ouverte sur un autre inconnu, le déplacement entre deux cultures sous la surface des apparences ?

Nous envoler vers cet ‘Orient compliqué’ avec nos idées simples et recevoir en retour son ambivalence pour l’Occident à la fois attirant et repoussant, nous interroger sur notre regard simplificateur et orientalisant et sur notre posture coloniale du Maghreb au Golfe en passant par la Palestine, questionner sur un autre mode qu’ici les rapports entre la culture et la religion, entre la tradition et la modernité, entre l’individu et la collectivité, nous confronter aux regards interrogatifs, accusateurs ou dérangeants des héritiers vidéastes de Kateb Yacine, d’Edward Saïd ou de Mahmoud Darwich, voilà aussi ce que nous pouvons retirer de la passerelle que Vidéo’appart nous offre entre ces deux mondes... Retour